top of page
  • Andrea Liss

Demandez à Andrea - Montagne russe de la réintégration

Vous êtes à la recherche de certains conseil pour votre couple? Peut-être avez-vous des questions sur l'éducation des enfants en Europe? Demandez à Andrea! Notre travailleuse sociale, Andrea Liss, choisira une question par mois et y répondra dans notre bulletin de la mi-mois. Vous pouvez nous soumettre vos questions de manière anonyme à l'adresse https://bit.ly/MFSEAndreaSFME.


Demandez à Andrea

Chère Andrea, 

Je déménage cet été et j'éprouve toutes sortes de sentiments à ce sujet. Je sais que vous avez déjà écrit sur ce sujet, mais pourriez-vous aborder plus en détail la question de la réintégration, c'est-à-dire la partie où je suis de retour chez moi et où je ne vis plus en Europe? J'ai récemment entendu dire que la réintégration au Canada est la partie la plus difficile d'un HORSCAN. Est-ce vrai? Est-ce possible? Si c'est le cas, je pense que je suis dans le pétrin parce que ce n'était pas tout rose et tout ensoleillé au début de notre HORSCAN, alors je ne peux pas imaginer comment cela pourrait être plus difficile.   

Montagne russe de la réintégration  


Cher Montagne russe de la réintégration,  

J'ai décidé de faire de cette rubrique un concentré de ressources. Vous trouverez donc une multitude d'articles et de balados sur la réintégration dans le pays d'origine. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes de mes réflexions et quelques conseils. Attendez-vous à six à douze mois de bouleversements à votre retour après votre HORSCAN de trois ans. Plus vous êtes parti longtemps, plus votre réintégration sera longue. Plus votre aventure à l'étranger est bonne, plus votre réintégration sera difficile.   


Commencez l'exercice du « message dans une bouteille ». 

Lana, dans son blogue « Travel Savy Gal », suggère ce qui suit : dressez une liste des aspects positifs de votre retour au Canada, même s'ils sont minimes. Ensuite, dressez une liste des bons côtés de l'Europe. C'est un excellent exercice à faire en famille. Écrivez les commentaires de chacun sur une feuille de papier, roulez-la et placez-la dans un objet spécial acquis pendant votre séjour en Europe, un peu comme un « message dans une bouteille ».  Sortez le message tous les deux ou trois mois pour le relire en famille.  Lorsque vous ne vous sentez pas bien ou que vous avez du chagrin, c'est un acte important de commémoration de votre séjour à l'étranger. Vous trouverez, ci-bas, les contributions d'autres personnes ayant participé à un HORSCAN. 


Les bons côtés du retour au Canada  

  1. Avoir plus facilement accès à ses amis et à sa famille  

  1. La possibilité d'avoir de meilleures opportunités professionnelles  

  1. Dépanneurs, services 24 heures sur 24, magasinage le dimanche  

  1. Pratiques bancaires familières  

  1. Élargir son cercle social en dehors de ceux qui vivent également une expérience HORSCAN; augmenter les chances de se faire des amis qui ne sont pas nécessairement liés au domaine militaire  

  1. Avoir à nouveau la possibilité de faire du bénévolat dans des contextes que l'on comprend mieux  

  1. Une connexion Internet fiable  

  1. Une laveuse-sécheuse efficace!  

  1. Tout le monde parle et lit la même langue  

  1.  De meilleures options de nourriture ethnique  

  1. Des places de stationnement et des garages où les voitures peuvent vraiment entrer!  

  1. Pouvoir vivre avec des personnes que l'on peut apprendre à connaître et avec lesquelles on partage certaines idées sur la façon dont les choses devraient être 

  1. L'exposition à des expressions et à des clichés que l'on comprend  

  1. Réaliser des travaux qui ajoutent de la valeur à la maison, y compris le jardinage, la décoration et la réparation de ce que l'on possède  

  1. Partager une culture familière  

  1. Profiter à nouveau d'articles qui étaient très difficiles à trouver lorsqu'on était HORSCAN - sirop d'érable, produits de beauté connus, films en français ou en anglais au cinéma, vinaigrette en bouteille, croustilles à l'aneth, craquelins, et gingerale Canada Dry.  

  1. Moins de bureaucratie inutile ou coûteuse 


Les aspects moins positifs en quittant l'Europe  

  1. Perte des amitiés et des relations nouées ici  

  1. Un environnement, une architecture, des villes et des campagnes magnifiques en Europe  

  1. Nourriture de bonne qualité et (la plupart du temps) à des prix modestes  

  1. Facilité et proximité pour voyager  

  1. Attitude européenne décontractée 


Voici quelques conseils pour faire face à la réintégration au Canada. Remarquez que j'utilise le mot « faire face ». Oui, c'est ce que vous ferez lorsque vous ne serez pas en train de vous réjouir de votre retour au Canada et de profiter de votre nouveau moi et de votre nouvelle identité. Désolé, il n'y a pas de pilule magique pour les parties qui vont faire mal. Le chagrin lié à la perte d'expériences fraîches et nouvelles sera parfois palpable. La rupture d'une relation est une bonne analogie, utilisée par le Dr Cate Brubaker dans son fantastique site Web « Small Planet Studio » (épisode 4). Bien sûr, cela va faire mal, mais ce sera aussi formidable, une fois que vous serez bien installé. Le meilleur conseil est de vous préparer au mieux.   


Les stratégies d'adaptation pour un retour au Canada 

  1. Reprenez contact avec vos amis et votre famille. Gardez à l'esprit qu'il y aura des gens avec qui vous pourrez partager beaucoup d'histoires, et d'autres avec qui une seule histoire concernant votre HORSCAN sera tout ce qu'ils pourront supporter. Ne parlez pas trop de votre Noël à Paris ou de vos vacances scolaires au Maroc. En vous retenant, vous vous sentirez isolé et différent, mais en réalité, seuls ceux qui ont vécu l'expérience de l'expatriation comprendront. Cela dit...  

  1. Respectez la règle des 3-30-3 en matière de bavardage en lien avec votre HORSCAN avec vos amis et votre famille restés au pays. Apprenez à votre enfant la règle des 3-30-3. Les connaissances ont droit à 3 secondes d'une histoire HORSCAN (une mention en fait), les amis ont droit à 30 secondes d'une histoire HORSCAN, et les enseignants et les grands-parents ont droit à 3 minutes! Si vous ne retenez qu'un seul conseil pratique de la chronique de ce mois-ci, c'est celui-ci!  

  1. Restez en contact avec vos amis HORSCAN. Ces derniers et d'autres amis expatriés sont les seuls à savoir ce que vous pourriez vivre au moment où vous émergez dans la vie canadienne.  Construisez une communauté en restant en contact avec vos amis HORSCAN. Envoyez des cartes de Noël et proposez-leur de se rencontrer lorsqu'ils passent dans votre ville.   

  1. Commencez à trouver de nouveaux cercles sociaux. Continuez à exprimer votre nouveau moi dans votre nouvel environnement au Canada. Créez votre répertoire de nouvelles personnes qui permettront au nouveau vous de s'épanouir simplement parce qu'elles ne connaissent pas votre ancienne version, celle d'avant votre HORSCAN.  

  1. Continuez à participer à des activités qui vous donnent un sentiment de normalité. Respectez vos engagements en matière d'activité physique, de pratique de la chorale, de casse-tête en famille et de promenades du dimanche en famille.  

  1. N'ayez que peu ou pas d'attentes. Vous souvenez-vous que lorsque vous avez planifié votre déménagement HORSCAN il y a quelques années, certaines de vos attentes étaient si loin de la réalité? Utilisez cette expérience à votre avantage. Gardez à l'esprit que les choses ne se dérouleront pas comme prévu. Cette approche renforcera votre résilience. La façon dont vous vous rétablissez et donnez un sens à votre croissance pendant un HORSCAN est un indicateur de votre résilience.  Soyez réaliste : vous devrez toujours garder la capacité d'acceptation radicale dans votre poche arrière.   

  1. Concentrez-vous sur les gains, non pas sur les pertes. En résumé, vous vous êtes ouvert au monde en participant à un HORSCAN et le monde vous a offert une aventure extraordinaire. Vous avez eu la chance de vivre de nombreuses expériences uniques. Mais ces expériences ont un coût. Rien n'est gratuit. La réintégration après avoir vécu à l'étranger est le moment où toutes les façons dont vous vous êtes transformé deviennent visibles. La vie à l'étranger et les voyages ont été des catalyseurs et c'est à la maison, au Canada, que la véritable aventure commence.  

  1. Demandez aux gens de s'abstenir de vous dire toutes les choses désagréables auxquelles vous allez devoir faire face au Canada! Assez parlé du prix du panier d’épicerie! Dans Je suis HORSCAN, le groupe de soutien aux conjoint(e)s de militaires que je dirige, les membres de la communauté ont réussi à adopter cette position. Ils demandent gentiment, mais fermement, à leurs amis et à leur famille de ne pas leur « parler » du prix des denrées alimentaires. Restez ferme sur ce point. Ce n'est pas comme si vous ne saviez pas que tout le monde devra s'adapter, utiliser des coupons, manger moins souvent au restaurant ou se passer de certaines choses.  

  1. Essayez de ne pas prendre de décisions majeures au cours de la première année de votre retour. Laissez la vie suivre son cours pendant les quatre premières saisons de votre retour. L'attente permet aux choses de se décanter et vous donne la certitude de prendre des décisions judicieuses et non émotionnelles.   

 

Cher Montagne russe de la réintégration, n'oubliez pas que les montagnes russes sont très amusantes! 

 

Ressources en anglais pour le retour au Canada (mai 2024) 

Destiné aux non-militaires, ce site Web, qui s'accompagne de produits numériques achetables, propose des ressources sur une multitude de sujets, notamment l'éducation de vos enfants, l'importation de votre collection de vins et l'achat d'un bien immobilier. Le tout d'un point de vue typiquement canadien.  


Il s'agit d'une excellente analyse du choc culturel inversé. Point de vue américain et militaire.  


Très bonnes ressources pour les adolescents et les adultes qui anticipent, à juste titre, des problèmes d'adaptation et de chagrin au retour d'une vie à l'étranger. Il existe un cahier d'exercices que l'on peut acheter et quelques bons balados. Excellente bibliographie d'articles et de livres académiques et non académiques.  


Il s'agit d'un article fantastique dans lequel l'auteur, Kisha Solomon, décrit ce qu'elle croit être les étapes de la réintégration après une période passée loin de chez soi. C'est très pertinent.  


La blogueuse Lana, ou Travel Savy Gal, propose un exercice qui vaut la peine d'être fait : dresser la liste des bons côtés de votre retour au Canada et des bons côtés de la vie en Europe. Elle fait d'excellentes recommandations sur la façon de faire face à la situation.  


Ressource bilingue pour le retour au Canada (mai 2024) 

Enfin, jetez un coup d'œil à ce que les SFM HORSCAN ont créé au fil des ans sur leur blogue. Écrit pour et par ceux avec qui vous partagez cette aventure unique - Merci HORSCAN!  


Andrea est titulaire d'une maîtrise en travail social. Elle est travailleuse sociale agréée et psychothérapeute agréée (Ontario) avec plus de 20 ans d'expérience. Elle est membre du corps professoral de l'Université McMaster, où elle enseigne dans le cadre du programme de maîtrise en psychothérapie.

Recent Posts

See All

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page